LA GEMMOTHERAPIE

La gemmothérapie ou "thérapie par les bourgeons" fait partie de la grande famille des phytothérapies, lesquelles proposent de prévenir et de traiter une variété de problèmes de santé à l’aide des végétaux.

Telechargement 1

C'est une connaissance qui ne date pas d'aujourd'hui et qui revient en vogue, suite à tous les scandales pharmaceutiques et un besoin de retrouver une manière de soigner saine (sans effet secondaires) .

Du terme latin gemme, qui signifie à la fois bourgeon et pierre précieuse, la gemmothérapie utilise exclusivement les tissus embryonnaires frais des plantes, arbres et arbustes, c’est-à-dire les bourgeons, les jeunes pousses et les radicelles.

L’utilisation de bourgeons dans la pharmacopée traditionnelle remonte au Moyen Âge, à l’ère des alchimistes. On se servait notamment des bourgeons du peuplier pour la confection d’un onguent et de ceux du sapin pour la fabrication de sirops à usage pectoral. Mais ce n’est qu’au cours des années 1960 que le Dr Pol Henry (1918-1988), un médecin belge, s’inspire des découvertes sur les cellules embryonnaires d’origine animale pour jeter les bases de ce qu’il allait nommer la « phytoembryothérapie ».

Le médecin établit alors une forme d’extraction propre aux tissus embryonnaires végétaux. Les bourgeons sont mis à macérer dans un mélange eau-glycérine-alcool pendant 21 jours, puis filtrés. La substance obtenue, appelée « macérat-mère », se compare à la teinture-mère, la base des solutions phytothérapeutiques. Le macérat de bourgeons est cependant moins concentré que la teinture (20 pour 1 plutôt que 10 pour 1). On le consomme habituellement dilué dans un peu d’eau. La posologie varie selon le produit. En général, on prend de 5 à 15 gouttes par jour (en une seule dose ou à raison de deux ou trois par jour).

Au cours des années 1970, l’homéopathe Max Tétau rebaptise la « phytoembryothérapie » en « gemmothérapie », l’appellation maintenant reconnue et acceptée. La discipline ne change pas seulement de nom, mais intègre des principes qui la rapprochent des théories et des méthodes propres à l’homéopathie.

Ainsi, la plupart des laboratoires commercialisent aujourd’hui les extraits de bourgeons sous la forme 1D, c’est-à-dire une solution dix fois plus diluée que le macérat original. Autre distinction : la préparation de départ ne comprend pas d’eau. Les bourgeons sont mis à macérer dans l’alcool et la glycérine seulement, ce qui va à l’encontre des préceptes du Dr Henry voulant que l’eau soit essentielle à l’extraction des éléments actifs de la plante. Lorsque que l'on connait les travaux de Masaru Emoto sur l'eau et sa découverte que l'eau a une mémoire...On comprend tout de suite le lien...et que l'eau est donc fondamentale.

Bien qu’elle s’inspire de l’homéopathie, la préparation 1D n’est pas, à proprement parler, une solution homéopathique. D’une part, elle demeure relativement concentrée, c’est-à-dire qu’elle contient encore beaucoup d’éléments actifs et non pas seulement les simples « vibrations » propres aux solutions homéopathiques. D’autre part, la fabrication de la 1D ne comporte normalement pas de dynamisation, le procédé d’agitation de la solution, essentiel à l’homéopathie.

Les partisans de la recette originelle, dont l’auteur et botaniste Philippe Andrianne  rejettent la solution 1D. Ils la considèrent, notamment, comme moins pratique. Le nombre de gouttes étant en fonction de la dilution, il faudrait en prendre jusqu’à plus d’une centaine par jour!

La gemmothérapie est de plus en plus populaire en Europe, notamment en France et en Belgique. Plusieurs herboristes, naturopathes et homéopathes l’intègrent à leur pratique. Des laboratoires fabriquent maintenant des extraits de bourgeons, tant sous la forme de macérats-mères que de solutions 1D. Les produits sont facilement accessibles.

Ils sont mis à macérer dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine, qui permettent l'extraction des principes actifs des plantes. Ce sont des macérats. Leurs vertus  varient, évidemment, selon la plante dont ils proviennent :

  • le cassis pour l’énergie,
  • le sapin contre la toux,
  • l’aubépine pour le coeur...

Les macérats ont aussi des propriétés diurétiques, de drainage ou de détoxication.

Les bourgeons possédent des propriétés thérapeutiques supérieures parcequ'il porte en lui le potentiel de développement qui permettra à la plante d'atteindre sa maturité. Il contient également de fortes concentrations d’éléments actifs comme des hormones, des oligo-éléments, des vitamines, des minéraux, etc.

Le spectre d’action  du bourgeon est beaucoup plus vaste que chacune des parties de la plante prises isolément.

Par exemple, le bourgeon d’aubépine, posséderait à la fois les propriétés du fruit (action sur le muscle cardiaque) et de la fleur (action sur le rythme cardiaque).

Plus évocateur encore, le bourgeon de tilleul combinerait les vertus calmantes associées à la fleur de cet arbre, et les propriétés dépuratives et diurétiques de l’aubier, la partie tendre et blanchâtre qui se forme chaque année entre le bois dur et l’écorce.

La gemmothérapie est donc conseillée dans l'objectif d'une thérapie holistique . 

Ainsi, lors de la consultation, je peux être amenée à vous conseiller l'utilisation de la gemmothérapie pour soigner divers maux :

  • Problèmes ostéo-articulaires,
  • Bien-être féminin,
  • digestion, transit,
  • circulation,
  • défense immunitaire,
  • forme, énergie
  • peau, cheveux, ongles,
  • stress, détente, sommeil,
  • drainage, détox,
  • voix, respiration...

MERCI POUR VOTRE GOUTTE D 'EAU DE COLIBRIS

Chrystelle

 

 

 

 

 

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire