CONSCIENCE DE SOI

  • Le syndrome du sauveur serait-il un vestige mémoriel de nos vies antérieures tribales?

    LE SYNDROME DU SAUVEUR SERAIT-IL UN VESTIGE MEMORIEL DE NOS VIES ANTERIEURES TRIBALES ?

     

    Vous entendez de plus en plus parler du "syndrome du sauveur" et de la notion de « sauveur externe » c'est-à-dire d'une personne extérieure à vous-même qui va venir vous sauver du malheur et de tous vos problèmes. Les religions ont largement contribué à la propagation de ses croyances basées sur le retour prochain de Jésus-Christ "Le Sauveur" des catholiques mais chaque religion à son « sauveur ». 

    Depuis quelque temps, je m'intéresse à la véritable histoire des peuples nordiques, des Celtes...

    J'y ai fait des découvertes qui m'ont donné à réfléchir sur différents sujets dont celui du « Sauveur ».

    Parce qu'une question me taraudait : Pourquoi toute une frange de la population mondiale semble être atteinte par ce mal étrange qui consiste à faire passer les autres avant soi-même ? Qu'est-ce-qui nous pousse à ce sacrifice de soi pour l'autre ?

    Une hypothèse de réponse à commencer à me venir en observant les Celtes et autres tribus ou clans à travers l'histoire.

    En effet les recherches archéologiques récentes démontrent que ces tribus n'étaient pas des barbares incultes, sauvages et sanguinaires …

    Mais au contraire, des personnes d'une très grande noblesse d'esprit et de cœur parce qu'ils vivaient en harmonie avec la nature. Il est maintenant incontestable que le fait de vivre proche de la nature apporte de l'humilité et que cela empêche touts esprits de domination sur son prochain.

    Les Celtes n'ont fait que se défendre contre l'envahisseur Romain qui voulait détruire leur mode de vie simple pour en faire des esclaves et imposer les prémices de ce que nous appelons « le système capitaliste ».

    Quand on observe le fonctionnement social des tribus, on constate vite que le plus important pour eux était la survie du groupe. Donc les activités quotidiennes de chacun étaient rythmées par les besoins présents de la tribus et donc chacun s'investissait pour y subvenir au mieux.

    Ainsi, son « petit confort personnel » passait souvent au second plan. Ce sacrifice n'était pas à sens unique, il y avait une réciprocité. Car pour un membre qui se sacrifie ce sont tous les autres qui sont prêt à faire le même geste pour lui. A cette époque se sacrifier pour l'autre était considéré comme un acte puissant d'amour, de nos jours c'est une pathologie mentale appelé « syndrome du sauveur », en opposition au héros qui est celui qui se distingue par ses exploits et fait preuve d'un courage extraordinaire. En passant du « héros » des mythologies au « sauveur » des religions, l'humain a perdu les qualités de cœur et de noblesse qui caractérisaient les tribus.

    Mais dans ce monde de 2018, ou l'égoïsme et l'individualisme règnent en maître si vous vous sacrifiez, 2 cas de figures se présentent à vous :

    • Soit les autres vont s'en foutre et votre sacrifice passera inaperçu,

    • Soit vous passerez pour un pauvre illuminé mais dans tous les cas, tout l'monde s'en fout !

    Nous sommes franchement tombés bien bas !

    Aujourd'hui, nous vivons dans une société ou toutes les valeurs morales de courage, de bravoure, d'abnégation sont ridiculisées et reléguées au rang de divertissement dans les films Hollywoodiens.

    Et donc déconnecté du réel puisque projeté dans le virtuel !

    Et oui aujourd'hui, le sauveur s'est modernisé et

    est devenu un super héro au super pouvoir !

    Il n'y a qu'à voir le nombre de Marvel comics américain

    qui sortent chaque année.

    Les spiritualistes « New age » en rajoutent une couche en nous disant qu'il faut absolument sortir du rôle du sauveur pour se prioriser ! Difficile de tenir un langage plus égoïste que celui-là alors que nous approchons de la 6ème extinction de masse et que nos ressources sont quasi à sec ! Que les économistes prévoient l'effondrement du monde économique depuis 40 ans et pour 2020 ! Vous réalisez que c'est bientôt !

    Si la solidarité ne refait pas surface et si nous ne retrouvons pas notre esprit de groupe et de sacrifice pour la survie du plus grand nombre … Qu'adviendra-t-il de l'humanité ? A mon avis pas grand chose car il n'y aura plus grand monde pour témoigner de ce que fut le « système »...

    Il m'apparaît donc évident que ce besoin viscéral de "sauver l'autre" est la résurgence de mémoires traumatiques liées à des vies antérieures de vies tribales ou ce mode de fonctionnement était jugé normal et surtout adapté socialement.

    Il est certain qu'avec l'effondrement du système il va falloir sérieusement revoir notre organisation sociale et économique. Les sociologues prévoient un retour à la vie en communauté et la construction de petites unités de vie proche et respectueuse de la nature car la raréfaction des denrées alimentaires obligera au partage et à l'entraide. Je pense que ceux qui sont déjà dans cet esprit de communauté s'adapteront plus facilement à ces changements de vies. 


     

    MERCI POUR VOTRE GOUTTE DE COLIBRIS

    Chrystelle